Africa’s debt crisis exposes healthcare budgets to Big Pharma manipulation

Africa’s debt crisis exposes healthcare budgets to Big Pharma manipulation
Photo by World Health Organisation (WHO)

Regional Dispatch – IBON Africa
17 January 2022

Note: French translation of the text is available below.

The journey of fixing African healthcare and economies requires global answers: debt cancellations, ending TRIPS (and corporate control over health intellectual property rights), realising the ODA pledges, setting progressive tax policies, and fixing tax loopholes. These will help to reorient economies to invest in public social services and people-centered development.

In July 2021, the African Union’s (AU) special envoy to the African vaccine acquisition task team, Strive Masiyiwa, issued a scathing attack against the world’s wealthy and powerful nations for failing to make available enough COVID-19 vaccines for the African continent.

”Now is the time for Europe to open up its production facilities so that we can buy vaccines. We are not asking for donations,’’ retorted Masiyiwa.

This came at a point where the continent is still struggling to secure the COVID-19 vaccines and has been heavily reliant upon vaccine donations from OECD countries.

Masiyiwa made these damning claims against the COVAX scheme, which has thus far failed to secure production of the promised 750 million doses of vaccines by the agreed December 2021 deadline.

The COVAX programme is the main global initiative seeking to vaccinate people in lower- and middle-income countries against COVID-19. It comprises three (3) partners: the Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), Gavi, and the World Health Organization (WHO), alongside the key delivery partner, UNICEF.

Currently, more than a year into the COVID-19 pandemic, the African continent has only vaccinated 3% of its 1.2 billion people, compared to Europe (50%), North America (45%), South America (35%), and Asia (33%).

As more powerful nations re-oriented and deployed their financial, scientific, security, and diplomatic muscle to acquire and even hoard the vaccines, many African countries were still grappling with the socio-economic impact of the pandemic restrictions on their already fragile economies and weak healthcare systems.

Unfortunately, Big Pharma prioritising wealthy countries, as well as India’s vaccine export restrictions, have left Africa’s vaccination goals unattainable on the set timelines.

At this rate, it appears that neither the global COVAX’s goal of 20% by 2022, nor the African Union’s (AU) goal of 60% vaccination rate by 2023 will be achieved.

A major reason for the dismal rates in most of Sub-Saharan Africa is the lack of available vaccine supplies ready to be deployed to health centres. Very few African states have been able to secure significant vaccine batches from pharmaceutical firms or from donor countries’ donations through Official Development Assistance (ODA), widely known as aid.

Meanwhile, Africa’s vaccine production capacity makes up for less than 1% of all vaccines administered across the entire continent. This can be attributed to the neoliberal onslaught on healthcare systems and corporate control over research and design (such as WTO’s TRIPS). Other factors including prohibitive initial capital needed to set up special health facilities and funding for national research arms also hinder vaccine production.

Hence, the continent’s medical factory capacity has remained negligible as there are fewer than 10 African manufacturers which have vaccine production capabilities, and are based in only five (5) countries: Egypt, Morocco, Senegal, South Africa and Tunisia.

The African continent has only vaccinated 3% of its 1.2 billion people, compared to Europe (50%), North America (45%), South America (35%), and Asia (33%). At this rate, it appears that neither the global COVAX’s goal of 20% by 2022, nor the African Union’s (AU) goal of 60% vaccination rate by 2023 will be achieved.

African healthcare as a human rights issue

The challenge with Africa’s healthcare sector is beyond the COVID-19 vaccine conundrum. When African Union member states met in Abuja, Nigeria in April 2001, they committed to allocating at least 15% of their annual budgets to health.

This is due to the fact that more resources were required to address the pressing health challenges of the day, such as malaria, tuberculosis, cholera, and HIV and AIDS. The more recent reviews show that only two (2) countries, Tanzania and Botswana, have met this goal, with many suffering an even worse reversal of the initial gains.

A critical and increasing focal culprit in Africa’s dismal vaccine drive is the recent debt crisis that has hampered its budgetary planning, geopolitical strength, and logistical abilities. This skewed fiscal arrangement with lending countries and institutions has curtailed investment in vaccine production capacity and left a majority of African states unable to vaccinate about 98% of their populations.

The 2010s saw a number of African countries embrace debts, including Kenya whose debt stands at 80% GDP and Zambia whose debt is currently at USD27 billion, twice the often-stated figure by state officials. The binge was mostly targeted towards infrastructural projects such as roads, bridges, stadiums, rail, and highways. These debts however have proven to have little productive capacity as these were not geared towards people-centric projects.

Given that a fair share of the public borrowing was designated for infrastructure rather than channeled towards healthcare or agriculture, the job creation potential proved to be many times lower–the latter sectors have been known to offer better returns than the debt-fueled construction craze.

Now, the debt addiction has left the continent with a USD 760 billion debt burden that has eaten into critical state functions, such as funding healthcare and education in the respective African economies. This is best demonstrated by the fact that most of African countries spend between USD 8 and USD 129 per capita on health, compared to OECD countries that spend above USD 4,000 per capita.

WHO health economist Karin Stenberg’s team recently estimated that 70 low-income countries (LICs) and middle-income countries (MICs) which host 95% of the population of the global South, have an annual health financing gap of about USD 370 billion, occasioned by growing debt repayment pressures on the national budget.

For comparison, this is close to 60% of Africa’s debt burden, which stands at USD 760 billion. Half of these LICs and MICs are in Sub-Saharan Africa.

By the middle of the last decade, Africa made up one (1) in every six (6) people in the world, carried 23% of the global disease burden, yet it accounted for just 1% of total global health budgets.

About half of current health spending by Sub-Saharan countries comes from domestic state funds, while more than 37% of it from out-of-pocket payments by individuals. A further 9% is reliant on donor funds. So, Africa is not only out-funded by its richer peers 10:1, but also about a third of the cash is out-of-pocket pay, which impoverishes families and sinks households into debt.

Donor funding channeled to Africa healthcare has stayed somewhat stagnant since 2008, as a result of the global financial crisis, which has in turn stalled medical sectors that were heavily reliant on donor funding. This donor funding often creates a risky dependency which when pulled away leaves the critical sectors badly exposed. Case in point is the HIV/AIDS funding in Kenya which has seen those dependent on antiretroviral drugs (ARVs) struggle to access and procure them.

So far, only two (2) African countries, Botswana and Tanzania, have achieved the 15% health budget target set in 2001, while 11 countries have regressed and initiated further cut back from their initial dismal health budgets.

Enter the Big Pharma                                                                                                                            

Big pharmaceutical corporations had worldwide revenues totaling USD 1.27 trillion in 2020, with the top 10 biggest firms having a market capitalisation of at least USD 30 billion dollars. Their huge budgets have critical influence over national and global health pacts and laws.

Their stranglehold on many facets of the global healthcare infrastructure is near total with many of their CEOs ending up in country-based, regional and even global health bodies.

In Africa, the Big Pharma is aiming to cash in on the healthcare and wellness sector, currently estimated to be worth USD 260 billion in profits by 2030, with a potential to create 16 million jobs. This is according to the Global Business Coalition for Health, United Nations Economic Commission for Africa (UNECA), and the Aliko Dangote Foundation.

Sub-Saharan regimes have made it explicitly clear that they will pursue and engage private firms and Big Pharma in their health services delivery,  in light of scarce funds because debt repayment has eaten into their budgets.

Many African regimes have outsourced most of their scientific and research-related programmes to these Big Pharma and private firms, making state policies tilt in favor of them, at the expense of their citizens’ welfare.

Big Pharma’s aggressive posture is also aiming to expand the small yet growing and lucrative clinical trials and research in Africa, especially for HIV, TB and COVID-19. The continent has so far only accounted for about 2.5% of the global clinical trials sector, according to Mammo Muchie of the Tshwane University of Technology.

The lax regulation, illiteracy, previous history of breach of contract, corruption, and procedural mistakes involved leave the wider society vulnerable to the overreaches of the Big Pharma trials.

Another critical downside to this capitulation is that it has led to proliferation of substandard, unregulated and even counterfeit drugs and healthcare supplies into the continent’s health infrastructure.

Since 2012, the World Counterfeit Organization (WCO) working alongside the Institute of Research against Counterfeit Medicine (IRACM), have intercepted in excess of 750 million illicit drugs and pharmaceutical items in Africa’s key ports.

The Sub-Saharan population’s desire for cheaper drugs and weak border controls as well as political meddling makes it easy for these drug companies to sneak their loot around.

A critical and increasing focal culprit in Africa’s dismal vaccine drive is the recent debt crisis that has hampered its budgetary planning, geopolitical strength, and logistical abilities. This skewed fiscal arrangement with lending countries and institutions has curtailed investment in vaccine production capacity and left a majority of African states unable to vaccinate about 98% of their populations.

Conclusion

Overall, given that the COVID-19 pandemic is here for long, Sub-Saharan states have to overhaul their healthcare sector, get their debt under control, and build greater manufacturing capacity to meet the pharmaceutical needs of their populations. Strong regulations are also needed to check corporate abuse.

Alongside the state’s role, the donor community will need to scale up vaccine donations and supplies as their responsibility to people and countries in the global South.

The journey of fixing African healthcare and economies requires global answers: debt cancellations, ending TRIPS (and corporate control over health intellectual property rights), realising the ODA pledges, setting progressive tax policies, and fixing tax loopholes. These will help to reorient economies to invest in public social services and people-centered development.

This will also have the effect of loosening their susceptibility to Big Pharma politics, funding, and political interference. Meanwhile, social movements and CSOs have to demand for greater accountability from their governments, and assert their rights and sovereignty on the national budgetary priorities.

If quickly and robustly implemented, the above policies and practices will transform the current vulnerabilities, and stop the healthcare crisis from being the next big crisis for the continent in the 2020s, after the debt crisis of the 2010s. #


La crise de la dette en Afrique expose les budgets de santé aux manipulations des Big Pharma

En juillet 2021, l’envoyé spécial de l’Union africaine (UA) auprès de l’équipe spéciale chargée de l’acquisition de vaccins en Afrique, Strive Masiyiwa, a lancé une attaque cinglante contre les nations riches et puissantes du monde qui n’ont pas réussi à mettre à disposition suffisamment de vaccins contre la COVID-19 pour le continent africain.

”Le moment est venu pour l’Europe d’ouvrir ses installations de production afin que nous puissions acheter des vaccins. Nous ne demandons pas de dons”, a déclaré Masiyiwa.

Cette décision intervient à un moment où le continent a encore du mal à obtenir les vaccins contre la COVID-19 et dépend fortement des dons de vaccins des pays de l’OCDE.

Masiyiwa a fait ces affirmations accablantes à l’encontre du programme COVAX, qui n’a pas réussi jusqu’à présent à garantir la production des 750 millions de doses de vaccins promises avant la date limite convenue de décembre 2021.

Le programme COVAX est la principale initiative mondiale visant à vacciner les populations des pays à revenu faible et intermédiaire contre la COVID-19. Il comprend trois (3) partenaires : la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), Gavi et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ainsi que le principal partenaire de mise en œuvre, l’UNICEF.

Actuellement, plus d’un an après le début de la pandémie de COVID-19, le continent africain n’a vacciné que 3 % de ses 1,2 milliard d’habitants, contre 50 % en Europe, 45 % en Amérique du Nord, 35 % en Amérique du Sud et 33 % en Asie.

Alors que les nations les plus puissantes réorientaient et déployaient leurs forces financières, scientifiques, sécuritaires et diplomatiques pour acquérir et même thésauriser les vaccins, de nombreux pays africains étaient encore aux prises avec l’impact socio-économique des restrictions de la pandémie sur leurs économies déjà fragiles et leurs faibles systèmes de santé.

Malheureusement, la priorité accordéeaux pays riches par les grandes entreprises pharmaceutiques(Big Pharma) et les restrictions imposées par l’Inde en matière d’exportation de vaccins, ont rendu les objectifs de vaccination de l’Afrique irréalisables dans les délais prévus.           

À ce rythme, il semble que ni l’objectif mondial du programme COVAX de 20 % d’ici 2022, ni l’objectif de l’Union africaine (UA) de 60 % de taux de vaccination d’ici 2023 ne seront atteints.

L’une des principales raisons de ces taux déplorables dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne est le manque de vaccins disponibles, prêts à être déployés dans les centres de santé. Très peu d’États africains ont été en mesure d’obtenir des lots de vaccins importants auprès des entreprises pharmaceutiques ou grâce aux dons des pays donateurs par le biais de l’aide publique au développement (APD).

Pendant ce temps, la capacité de production de vaccins de l’Afrique représente moins de 1% de tous les vaccins administrés sur l’ensemble du continent. Cette situation peut être attribuée à l’assaut néolibéral sur les systèmes de santé et au contrôle des entreprises sur la recherche et la conception (comme les ADPIC de l’OMC). D’autres facteurs, notamment le capital initial prohibitif nécessaire à la mise en place d’installations sanitaires spéciales et le financement des organismes de recherche nationaux, entravent également la production de vaccins.

Par conséquent, la capacité des usines médicales du continent est restée négligeable, puisque moins de 10 fabricants africains ont des capacités de production de vaccins, et sont basés dans seulement cinq (5) pays : l’Égypte, le Maroc, le Sénégal, l’Afrique du Sud et la Tunisie.

Les soins de santé en Afrique, une question de droits humains

Le défi dusecteur de la santé en Afrique va au-delà du problème du vaccin contre la COVID-19. Lorsque les États membres de l’Union africaine se sont réunis à Abuja, au Nigeria, en avril 2001, ils se sont engagés à allouer au moins 15 % de leur budget annuel à la santé.

Cela est dû au fait que davantage de ressources étaient nécessaires pour relever les défis sanitaires urgents de l’époque, tels que le paludisme, la tuberculose, le choléra, le VIH et le SIDA. Les bilans les plus récents montrent que seuls deux (2) pays, la Tanzanie et le Botswana, ont atteint cet objectif, et que nombre d’entre eux ont subi une inversion encore plus grave des gains initiaux.

La récente crise de la dette, qui a entravé la planification budgétaire, la puissance géopolitique et les capacités logistiques de l’Afrique, est l’un des principaux responsables de l’échec de la campagne de vaccination. Cet arrangement fiscal biaisé avec les pays et institutions de prêt a réduit les investissements dans la capacité de production de vaccins et a laissé une majorité d’États africains dans l’incapacité de vacciner environ 98 % de leur population.

Les années 2010 ont vu un certain nombre de pays africains s’endetter, notamment le Kenya, dont la dette s’élève à 80 % du PIB, et la Zambie, dont la dette s’élève actuellement à 27 milliards de dollars US, soit le double du chiffre souvent avancé par les représentants de l’État. Cette frénésie était principalement destinée à des projets d’infrastructure tels que des routes, des ponts, des stades, des chemins de fer et des autoroutes. Ces dettes se sont toutefois avérées avoir une faible capacité productive, car elles n’étaient pas destinées à des projets centrés sur les personnes.

Étant donné qu’une part importante des emprunts publics a été consacrée aux infrastructures plutôt qu’aux soins de santé ou à l’agriculture, le potentiel de création d’emplois s’est avéré beaucoup plus faible – ces derniers secteurs étant connus pour offrir de meilleurs rendements que la folie de la construction alimentée par la dette.

Aujourd’hui, la dépendance à l’égard de la dette a laissé le continent avec une dette de 760 milliards de dollars US qui a rongé les fonctions essentielles de l’État, telles que le financement des soins de santé et de l’éducation dans les économies africaines respectives. La meilleure preuve en est que la plupart des pays africains dépensent entre 8 et 129 dollars US par habitant pour la santé, alors que les pays de l’OCDE dépensent plus de 4000 dollars US par habitant.

L’équipe de l’économiste de la santé de l’OMS, Karin Stenberg, a récemment estimé que 70 pays à faible revenu (PFR) et à revenu intermédiaire (PRI), qui accueillent 95% de la population du Sud mondial, ont un déficit annuel de financement de la santé d’environ 370 milliards de dollars, occasionné par les pressions croissantes du remboursement de la dette sur le budget national.

À titre de comparaison, cela représente près de 60 % du fardeau de la dette de l’Afrique, qui s’élève à 760 milliards de dollars US. La moitié de ces PFR et PRI se trouvent en Afrique subsaharienne.

Au milieu de la dernière décennie, l’Afrique représentait une (1) personne sur six (6) dans le mondeet 23 % de la charge de morbidité mondiale, mais ne bénéficiait que de 1 % du total des budgets de santé mondiaux.

Près de la moitié des dépenses de santé actuelles des pays subsahariens proviennent des fonds publics nationaux, tandis que plus de 37 % proviennent des paiements directs des particuliers. Par ailleurs, 9 % dépendent des fonds des donateurs. Ainsi, non seulement l’Afrique est surfinancée par ses pairs plus riches dans une proportion de 10/1, mais un tiers environ de l’argent provient des paiements directs, ce qui appauvrit les familles et les endette.

Le financement des donateurs destiné aux soins de santé en Afrique a quelque peu stagné depuis 2008, en raison de la crise financière mondiale, ce qui a paralysé les secteurs médicaux qui dépendaient fortement du financement des donateurs. Ce financement des donateurs crée souvent une dépendance risquée qui, lorsqu’elle disparaît, laisse des secteurs critiques très exposés. C’est le cas du financement de la lutte contre le VIH/Sida au Kenya, où les personnes dépendantes des médicaments antirétroviraux (ARV) ont eu du mal à y accéder et à se les procurer.

Jusqu’à présent, seuls deux (2) pays africains, le Botswana et la Tanzanie, ont atteint l’objectif de 15 % du budget de la santé fixé en 2001, tandis que 11 pays ont régressé et entamé de nouvelles réductions par rapport à leurs budgets de santé initiaux largement insuffisants.

Dans le monde des Big Pharma

Les grandessociétés pharmaceutiques ont réalisé un chiffre d’affaires mondial de 1,27 trillion de dollars en 2020, les 10 plus grandes entreprises ayant une capitalisation boursière d’au moins 30 milliards de dollars. Leurs énormes budgets ont une influence déterminante sur les lois et les pactes nationaux et mondiaux en matière de santé.

Leur mainmise sur de nombreux aspects de l’infrastructure mondiale des soins de santé est quasi totale, nombre de leurs PDG se retrouvant dans des organismes de santé nationaux, régionaux, voire mondiaux.

En Afrique, les grandes entreprises pharmaceutiques cherchent à tirer profit du secteur des soins de santé et du bien-être, dont les bénéfices sont actuellement estimés à 260 milliards de dollars d’ici à 2030, avec un potentiel de création de 16 millions d’emplois. C’est ce qu’affirment la Global Business Coalition for Health, la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (UNECA) et la Fondation AlikoDangote.

Les régimes subsahariens ont explicitement indiqué qu’ils allaient rechercher et engager des grandes entreprises pharmaceutiques et privéesdans la prestation de leurs services de santé, compte tenu de la rareté des fonds, le remboursement de la dette ayant grevé leurs budgets.

De nombreux régimes africains ont confié la plupart de leurs programmes scientifiques et de recherche à ces grandes entreprises pharmaceutiques et privées, faisantpencher lespolitiques publiques en leur faveur, au détriment du bien-être de leurs citoyens.

L’attitude agressive des Big Pharma vise également à développer les essais cliniques et la recherche, peu nombreux mais en pleine croissance et lucratifs, en Afrique, notamment pour le VIH, la tuberculose et laCOVID-19. Jusqu’à présent, le continent n’a représenté qu’environ 2,5 % du secteur mondial des essais cliniques, selon Mammo Muchie de l’Université de technologie de Tshwane.

La réglementation laxiste, l’analphabétisme, les antécédents en matière de rupture de contrat, la corruption et les erreurs de procédure induites rendent la société dans son ensemble vulnérable aux excès des procès des grandes entreprises pharmaceutiques.

Un autre inconvénient majeur de cette capitulation est qu’elle a entraîné la prolifération de médicaments et de fournitures médicales de qualité inférieure, non réglementés, voire contrefaits, dans les infrastructures sanitaires du continent.

Depuis 2012, l’Organisation mondiale de la contrefaçon (OMD), travaillant aux côtés de l’Institut de recherche contre la contrefaçon de médicaments (IRACM), a intercepté plus de 750 millions de médicaments et d’articles pharmaceutiques illicites dans les principaux ports africains.

Le désir de la population subsaharienne d’obtenir des médicaments moins chers, la faiblesse des contrôles aux frontières et les ingérences politiques permettent à ces sociétés pharmaceutiques de faire circuler leur butin en toute facilité.

Conclusion

Dans l’ensemble, étant donné que la pandémie de COVID-19 est là pour longtemps, les États subsahariens doivent réorganiser leur secteur de la santé, maîtriser leur dette et renforcer leur capacité de production pour répondre aux besoins pharmaceutiques de leurs populations. Des réglementations strictes sont également nécessaires pour contrôler les abus des entreprises.

Parallèlement au rôle de l’État, la communauté des donateurs devra intensifier les dons et la fourniture de vaccins, car c’est leur responsabilité vis-à-vis des populations et des pays du Sud.

La remise en état des soins de santé et des économies africaines exige des réponses globales : annulation de la dette, suppression des ADPIC (et du contrôle des entreprises sur les droits de propriété intellectuelle dans le domaine de la santé), réalisation des promesses d’APD, mise en place de politiques fiscales progressives et élimination des échappatoires fiscales. Ces mesures permettront de réorienter les économies afin qu’elles investissent dans les services sociaux publics et dans un développement centré sur les personnes.

Cela aura également pour effet de les rendre moins vulnérables à la politique, au financement et à l’ingérence politique des Big Pharma. Entre-temps, les mouvements sociaux et les OSC doivent exiger une plus grande responsabilité de la part de leurs gouvernements, et affirmer leurs droits et leur souveraineté sur les priorités budgétaires nationales.

Si elles sont rapidement et solidement mises en œuvre, les politiques et pratiques susmentionnées transformeront les vulnérabilités actuelles et empêcheront la crise des soins de santé de devenir la prochaine grande crise du continent dans les années 2020, après la crise de la dette des années 2010. #

Leave a Reply

Close Menu